Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Hérault solidaire Montpellier - Page 4

  • Une gestion durable de l'eau en Provence

    La gestion de l'eau en Provence a été totalement revue dans une optique de développement durable. Cette question intéresse aussi le bassin de Montpellier et tout le département 34...

    Ainsi, dans le Massif des Maures, grâce à un système informatique de pointe et l'installation d'un barrage, la régulation de l'eau est adaptée aux besoins, évitant ainsi les gaspillages. Une action éducative est menée pour faire comprendre aux enfants que l'eau est une ressource rare qu'il faut savoir gérer.

     

     

  • Petit bilan de l'Economie sociale et solidaire après les municipales

    Sous bénéfice d'inventaire, les délégations à l'économie sociale et solidaire dans les conseils municipaux issus des dernières élections locales demeurent nombreuses.

    Une première tendance semble montrer que les compétences de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS), aux caractéristiques plus transversales, sont souvent montées dans les communautés d'agglomération et autres communautés urbaines ; il en est ainsi par exemple à l'agglo de Montpellier, Nantes et à Rennes Métropole.

    A la Métro de Grenoble, le vice-président en charge de l'ESS s'occupera aussi de l'insertion ; à Brest Métropole Océane, l'ESS et l'aménagement numérique du territoire ont été regroupés. A Lille Métropole, c'est l'ESS et le commerce équitable qui devraient se retrouver dans une seule délégation.

    La deuxième tendance, c'est que les grandes villes ne font pas l'impasse sur l'ESS : alors que Lyon aura, comme auparavant, une adjointe au développement durable et à l'ESS, Paris a désigné pour la première fois une adjointe à l'ESS. Pour Toulouse , Montpellier, Strasbourg et Montreuil-sous-Bois, les délégations iront à de simples conseillers municipaux ; à Reims, la tâche ne sera pas de tout repos pour un conseiller municipal en charge de l'insertion, de l'ESS, du tiers-secteur et du microcrédit...

    Ouf ! Troisième tendance pour certaines mairies, qui incluent l'ESS dans des politiques publiques plus larges : à Rouen, l'ESS est rattachée à l'économie et au commerce ; à Périgueux, elle est liée à la politique de la ville. Le chef-lieu de la Dordogne détient d'ailleurs la palme de la visibilité pour l'ESS, puisque c'est la deuxième adjointe au maire qui a obtenu cette délégation.

     

     

  • La France associative en mouvement

     

    Comme tous les ans, Recherches et solidarités propose la nouvelle édition de la France associative en mouvement, sous la houlette de Cécile Bazin et Jacques Malet.Et bien entendu ce guide fait écho de la vivacité de l'Hérault et de Montpellier en matière associative...

    Cette année, il est possible de trouver sur le site du réseau associatif à la fois une étude nationale et des monographies régionales, pour aboutir à une connaissance de plus en plus fine du secteur. Le sociologue Roger Sue, président du comité d'experts de Recherches et solidarités, note dans son introduction à la fois le dynamisme toujours vif des associations :

    « 68 mille nouvelles créations, 1,3 millions d'associations en activité pour près de 2 millions de salariés, plus que le secteur des transports ou que celui de la construction », mais il s'inquiète aussi des nuages qui obscurcissent l'horizon : « après tant d'années de dynamique associative sur fond de résistance à la crise et de soutien aux populations les plus démunies, la plupart des indicateurs et des repères qui font l'intérêt et la qualité de ce travail d'enquête, ont viré au rouge. À commencer par l'emploi qui pour la première fois a régressé durant trois trimestres consécutifs, ou encore avec la chute des recrutements en CDI. On est certes encore loin de l'hémorragie, mais dix mille emplois en moins dans les associations représentent incontestablement une cote d'alerte ».

    Au rang des solutions envisagées pour arrêter cette perte de substance, il y a tout autant une meilleure reconnaissance des pouvoirs publics qu'une nécessaire réorganisation pour mieux se défendre et mieux répondre à l'intérêt général. On pense bien sur aux SCIC de Lattes etc.

     

  • Le Loubatas, une maison écologique et pédagogique

    Le Loubatas de Peyrolles est une maison totalement écologique qui accueille dans son gîte rural des classes vertes de la France entière. Elle est totalement autonome, pour son énergie comme pour son eau, grâce à ses panneaux solaires et à sa source souterraine.

    loubadas.JPG

    C'est un lieu idéal pour sensibiliser les enfants au développement durable et leur faire prendre conscience de la rareté des ressources naturelles.

  • Solidaire ailleurs : four solaire en bolivie

    Résumé :

    En Bolivie, Ruth Saveedra, co-fondatrice de l’entreprise Sobre la Roca, participe à la lutte contre la déforestation en développant le four solaire. Elle a reçu un prêt de l’organisation E+Co qui aide au développement des énergies renouvelables. A un prix accessible notamment grâce au microcrédit, le four solaire permet également aux femmes de travailler. Elles ne cherchent plus du bois pendant des heures.

    http://www.dailymotion.com/video/x9nxjr_sobre-la-roca-fours-solaires-bolivi_people

     

  • Les fermes accueil du réseau Racines 34

    Les fermes accueil du réseau Racines 34

     

    Le choix de productions de qualité respectueuses de l'environnement

    L’évolution des modes de vie lors de ces dernières décennies a modifié de façon radicale notre société : la mise en oeuvre d’une agriculture intensive a répondu dans un premier temps à des objectifs d’autosuffisance alimentaire (soulager la famine et élever le niveau de vie), mais elle a largement contribué aux déséquilibres environnementaux que nous connaissons aujourd’hui.


    (Rivières et nappes phréatiques polluées, inondations et érosions de sols, paysages dénaturés,…), avec pour corollaire la question de la sécurité alimentaire (OGM,…)
    Depuis les année 60, le nombre d’agriculteurs est passé de 30% à moins de 5% de la population, et aujourd’hui 80% de la population vit en ville. Ainsi, les contacts avec la nature et le monde agricole se font plus rares.


    Les circuits commerciaux de masse privent le consommateur d’un contact avec l’origine des produits qu’il achète.
    Certains agriculteurs ont fait le choix d’une agriculture respectueuse de l’environnement et se sont orientés sur une démarche de qualité des produits et de proximité.


    Les agriculteurs du Réseau Racines s’inscrivent dans cette démarche de qualité.