Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Hérault solidaire Montpellier - Page 3

  • Quels Impacts des piles sur l'environnement et la santé ?

    Impact des piles sur l'environnement

    La production et l'élimination des piles exercent des impacts négatifs sur l'environnement.
    En effet, la fabrication nécessite beaucoup d'énergie, bien plus que celle libérée par la pile lors de son utilisation. C'est donc un objet énergétiquement peu rentable.
    La plupart des matières premières proviennent de ressources non renouvelables, rares et coûteuses (argent, platine,...). La production des piles a engendré pendant de nombreuses années une pollution non négligeable de l'air et de l'eau par les métaux lourds. A présent, les fabriques disposent d'installations d'épuration; la pollution en est un peu diminuée mais reste quand même réelle. Leur élimination pose d'énormes problèmes. Les piles bloquent les mécanismes des chaînes de tri.

    piles.JPGEn décharge, les boîtiers des piles s'altèrent par oxydation et laissent échapper des métaux lourds, ainsi que les autres contaminants présents qui vont finalement se retrouver dans les eaux usées de la décharge ou pénétrer dans le sol et contaminer les nappes phréatiques (95% du mercure des lixiviats des décharges de déchets ménagers proviennent des piles). A cela, il faut ajouter les risques de dégagement de gaz explosifs (par micro électrolyse). De même, en cas d'incinération, les boîtiers se dégradent pendant la combustion, et les toxiques se dégagent dans les fumées. Sans compter que les mâchefers (cendres d'incinération) concentrent également une bonne dose de ces toxiques qui finalement se retrouvent à la décharge.

    Impact des piles sur la santé

    Passons en revue les effets des métaux lourds des piles: Cadmium (Cd), Mercure (Hg), Plomb (Pb), Zinc (Zn), Nickel (Ni),...

    LE MERCURE

    Le mercure a pour fonction d'éviter la corrosion de l'anode de zinc sauf dans la pile à oxyde de mercure. La toxicité du mercure dépend de la forme sous laquelle il se présente. Ainsi, Le mercure métallique en lui-même est relativement peu toxique, il s'élimine du corps en 3 à 5 jours. Il n'en va pas de même pour les vapeurs de mercure. Le méthylmercure et le diméthylmercure, par contre, sont très dangereux. Ces deux composés ont le grand inconvénient d'être facilement absorbés par les organismes vivants et de se concentrer dans le cerveau, les reins et, dans une moindre mesure, dans le foie et ne s'éliminent que très lentement. Les symptômes d'une intoxication par le mercure ou ses composés sont la fatigue, des dérangements intestinaux, des affections psychiques, pour en arriver, dans des cas sévères, à des troubles de l'audition et de la vue et des troubles moteurs pouvant aller jusqu'à la mort. Enfin au niveau cellulaire, le mercure a des effets mutagènes et cancérigènes.

    Comment se fait la contamination ?

    Si les déchets contenant du mercure ne sont pas collectés et donc traités de manière adéquate, ils aboutissent dans des décharges ou des incinérateurs. De ce fait, le mercure est rejeté dans l'environnement et est transformé par des micro-organismes en méthyl - et diméthylmercure.
    Le diméthylmercure, très volatile, s'élève dans l'atmosphère, pour retomber ensuite et être absorbé par des organismes et ainsi pénétrer les chaînes alimentaires.
    Le méthylmercure, quant à lui, pénètre directement dans les chaînes alimentaires, d'où il ne s'élimine que très difficilement et passe successivement dans les différents maillons de celle-ci. A chaque étape, la concentration en méthylmercure est plus forte, il y a bioaccumulation. La consommation de nourriture contaminée expose l'homme à une intoxication lente.
    Dans les années 50, la Baie de Minamata au Japon a été polluée par du méthylmercure. A la suite de cette pollution, des milliers de personnes, ayant consommé du poisson pêché dans la Baie, ont été empoisonnées et quelques centaines de celles-ci en sont mortes.

     

  • Qu'est-ce que le Le biogaz ?

     Le biogaz est un gaz produit par la méthanisation ou digestion anaérobie de la matière organique. Composé majoritairement de méthane et de gaz carbonique, c’est un gaz combustible qui constitue une source d’énergie renouvelable. Il contribue pour 170 000 tep au bilan énergétique national avec une progression annuelle de 15 à 20 % ces toutes dernières années.

    Principe de méthanisation pour produire le biogaz

    La méthanisation est un procédé naturel de dégradation de la matière organique par des bactéries en l’absence d’oxygène. Elle se produit « spontanément » à l’intérieur des installations de stockage des déchets (décharges).
    Elle peut également être conduite dans des digesteurs, enceintes confinées à l’intérieur desquelles les réactions de fermentation sont optimisées et contrôlées.

    Domaines d’applications biogaz

    biogaz.JPGLa méthanisation constitue un excellent mode de traitement des déchets ou sous-produits organiques :

    •  boues de stations d’épuration urbaines (100 stations en France, 1/3 des boues produites) ;
    •  effluents industriels – papeteries, conserveries, caves, brasseries, etc. (80 installations) ;
    •  déchets organiques et assimilés (quelques unités, plusieurs projets en cours) ;
    •  effluents ou sous-produits agricoles – lisiers, fumiers, déchets d’ateliers de transformation, etc. (quelques unités, un potentiel de développement très important). Elle permet de transformer la matière organique facilement biodégradable, qui est à l’origine des pollutions organiques et des odeurs.

    Valorisation du biogaz

    Le méthane est un puissant gaz à effet de serre, le biogaz produit doit donc être capté et utilisé. Il est convertible sous pratiquement toutes les formes d’énergie utile. Certaines applications sont largement développées et l’offre industrielle et commerciale est solidement établie pour :

    •  l’utilisation directe en four, la production d’air chaud pour le séchage ;
    •  la production de chaleur sous forme d’eau chaude ou de vapeur ;
    •  la production d’électricité par moteur à gaz, turbine à vapeur, turbine à gaz ;
    •  la production combinée d’électricité et de chaleur par cogénération.

    D’autres filières sont en émergence : gaz naturel après épuration, carburant automobile après épuration et compression, électricité produite par pile à combustible, froid par machine à absorption à gaz.

     

  • Les diverses menaces pour la forêt au Honduras

    Jangal 6 - Rio Platano, l'eldorado perdu des Misquitos

    Résumé :

    Au Honduras, la forêt est menacée. A l'Est de la réserve de Rio Platano, la population a triplé, passant à 21 000 habitants en 10 ans, et a développé des plantations de palmiers à huile. De plus, l'exploitation anarchique du bois a entraîné la disparition de 37% des forêts en 15 ans. Les conséquences environnementales provoquent un exode de populations qui taillent dans la forêt de nouvelles parcelles.

     

  • Lycée à la Toiture végétale en Haute Normandie

    Le Lycée Marcel Sembat, à Sotteveille-les-Rouens, vit une transformation que l'on peut qualifier d'organique : la construction de 12700m2 accueillera (pour la rentrée 2011) l'internat, le restaurant, les  bureaux et les ateliers.

    La charpente métallique est déjà) en place et l'ensemble du projet, commissionné par le Conseil Régional de Haute Normandie, évolue sous  la direction de l'agence  (Montreuil), qui met en oeuvre cette magnifique toiture végétalisée, dont la vue aérienne met en valeur une fluidité des formes qui a pour objectif d'intégrer parfaitement ce projet dans l'existant daté de 1930.

    toiture.JPG

  • Des villages de vacances en appui au développement agricole local des pays du Sud ?

    Diversifier les cultures pour sortir de la précarité

    Titina Diakhaté Fatou du Jardin Boucotte au milieu de ses plans de tomatesweb90% des aliments consommés dans le village du Club Méditerranée au Cap Skirring sont déjà sénégalais. Alors que les volailles, poissons et fruits sont en majorité locaux, les trois-quarts des légumes proviennent de la région de Dakar à plusieurs centaines de kilomètres. Les terroirs immédiats sont consacrés quasi-exclusivement à la riziculture et à la culture de l’arachide. Une spécialisation qui ne permet pas un régime alimentaire équilibré et limite les retombées du tourisme pour l’agriculture de la région. Le maraîchage permettrait pourtant de répondre aux besoins locaux tout en dégageant des revenus supplémentaires.

    Dés les années 80, des activités de maraîchage ont été développées par l’association locale CPAS (Centre de promotion agricole et sociale). Faute de débouchés suffisants et de formation (gestion de l’exploitation, diversification des cultures, techniques d’irrigation, lutte contre les nuisibles…), ces petites exploitations – 80 « jardins »  de 50 à 100 femmes chacune sur des superficies de 20 à 200 m² – périclitent. Concilier culture traditionnelle du riz et maraîchage n’est pas chose facile. De juin à octobre, la main d’œuvre est essentiellement active dans les rizières. L’exemple réussi de l’élevage de poulets et de la production d’œufs a pourtant montré qu’une diversification des activités s’avérait payante. Un précédent qui pourrait donner confiance aux petites exploitations pour se lancer dans ce nouveau débouché.

    Former à une agriculture et à une gestion plus efficace

    P1000532 compwebAvec la collaboration du CPAS, Agrisud forme 40 femmes à un maraîchage plus efficace et respectueux de l’environnement. Une production de salades, tomates, oignons et pommes de terre élaborée à partir de fumiers et composts naturels, selon les méthodes de l’agroécologie, sera aux menus des vacanciers. Au programme aussi, un travail sur la gestion des activités (dépenses-recettes) et sur l’organisation des femmes pour répondre aux exigences administratives (établissement de factures, compte bancaire et suivi de la qualité) pour favoriser une bonne politique d’achat des grands villages de vacances. Des critères susceptibles de contrarier certaines pratiques traditionnelles mais qui offrent l’opportunité d’un développement durable concret.

    « Nous devons convaincre qu’il y a des revenus supplémentaires en perspective », admet le chargée de mission d’Agrisud. Les efforts consentis par les producteurs sont rémunérés en retour. « Nous sommes prêts à aller jusqu’à accepter un certain surcoût pour favoriser les produits locaux, mais il doit rester réaliste pour que ce soit durable « , affirme la directrice Développement durable du Club Méditerranée.

    L’entreprise fournit également une aide financière directement à l’ONG Agrisud pour son action de formation. Un accord de trois ans signé en 2008 qui fait son chemin, et fait du Club Méditerranée le premier partenaire touristique d’Agrisud. Des projets similaires sont en cours au Brésil et au Maroc. Tourisme de masse, développement local et agroécologie peuvent-ils se développer main dans la main ? Déjà active avec le groupe Accor au Cambodge depuis 2004 – 120 exploitations concernées -, Agrisud marque les jalons d’un tourisme qui concilie destination lointaine et circuit court pour l’approvisionnement sur place en favorisant le développement local.

  • Une gestion durable de l'eau en Provence

    La gestion de l'eau en Provence a été totalement revue dans une optique de développement durable. Cette question intéresse aussi le bassin de Montpellier et tout le département 34...

    Ainsi, dans le Massif des Maures, grâce à un système informatique de pointe et l'installation d'un barrage, la régulation de l'eau est adaptée aux besoins, évitant ainsi les gaspillages. Une action éducative est menée pour faire comprendre aux enfants que l'eau est une ressource rare qu'il faut savoir gérer.